Romania. A somber chapter: how “Orthodoxy” has persecuted Catholics.

JANUARY 01, 1970
“Our Catholic Church of the Byzantine rite, called “Greek-Catholic”, was suppressed by the communists on December 1st 1948, because it fought against atheism. The buildings were given to the schismatics (who call themselves orthodox). The faithful were forced to accept Orthodox priests (who share the same rite as we); but they made peace with the communist atheists. Already on October 28 1948, our bishops, six in number, were all arrested and transported to Bucharest. There, the Orthodox patriarch Justinian Marina entreated Prime Minister Petru Groza to leave them in his power, because he had a way to “get the Catholic faith out of their heads”. Therefore the Prime Minister left them to him. Thus, as personal prisoners of the Orthodox patriarch, they were taken to his villa in Dragoslavele, near Cimpulung (Muscel). The villa, today deserted, was turned into a prison. They surrounded it with barbed wire. They put soldiers from the Securitatea (secret police of the communist party) inside so that the bishops could not have any contact with each other for support, and soldiers outside so that no one could approach them. They remained there four months, during the winter of 1948/49. There was no heat, they suffered hunger, cold and isolation. Having no changes of clothes they ended up with lice. The Apostolic Nuncio at Bucharest received orders from the Holy See to consecrate six other bishops in their place, one of whom was the future Cardinal Todea. The number of our bishops thus rose to twelve, like the apostles. Pope Pius XII wrote to us in a letter: “It is something unique in the history of the Church, that all the bishops of a country accepted prison and death without one of them being prepared to go over to the persecutors.” It is truly something unique, for even among the apostles there was a traitor. The new bishops were also arrested, beaten and tortured, even more than the first ones.
In the month of February 1949, the Orthodox patriarch went to Dragoslavele. He thought they’d had enough, and that the Catholic faith had been drummed out of their heads. On this occasion he offered them a sumptuous dinner of grilled turkey, wine, cake and fruit, to show them how they could be living if they would only come over to the “Orthodox” church. Seeing that our bishops said nothing, he spoke up: “If you do not become Orthodox, I will remove my protecting hand from you and you will be sent to prison.” One should note that prison was less harsh than his protection. Therefore, Bishop Joan Balan of Lugoj responded: “Holiness, if we came to believe that the so-called Orthodox church is the true Church of Christ, we would then and there give our signatures to enter this Church. But how could we believe in this Church since you have allied yourselves with the atheists in order to kill and suppress us? You did not come to us with theological arguments, nor with Christian virtues, but you had us arrested and kept as prisoners. These are surely not the methods of Jesus Christ. If the government had proposed to give us the Orthodox Church of Romania on condition that we arrest her bishops, or only one of them, we would have given our lives rather than accept. Therefore you may take our lives, but not our faith.” The patriarch went away very disconcerted.

On May 1st, 1949, all the bishops were transported from Drogoslavele to the Orthodox Convent Caldarusani; the Orthodox also brought there 34 priests who had been detained at Neamt concentration camp. Here, at Caldarusani they formed a huge concentration camp. The buildings were surrounded by barbed-wire and guarded by the Securitatea (secret police). Bishop Vasile Aftenie was transported to Bucharest where he died as a result of torture. All the others were transported to Sighet, a prison on the Russian border, for in the case of war they would be moved into the Soviet Union. This was one of the harshest communist prisons. Here three of our bishops died: V. T. Freniu (July 11, 1952), Ioan Suciu (June 27, 1953) and T. L. Chinezu (January 15, 1955). Alexander Rusu of Baia Mare died at Gherla (May 9, 1963) and Vasile Aftenie at Bucharest (May 10, 1950). Those who died at Sighet and at Gherla were buried in the cemetery of the ‘Vagabonds and Suicides’, then the ground was leveled so no one would know where they were buried. Two of our bishops died in internal exile, that is, under house arrest: Ioan Balan died in the Orthodox monastery Ciorogarla (August 4, 1958) and Juliu Kossu, still under house arrest, in the Orthodox monastery Caldarusani (May 28 1970). After the imprisonment of bishops, priests and religious, the Romanian state confiscated our churches and gave them to the Orthodox. For forty years Catholic parishes remained priestless. The faithful had to choose between the Orthodox and neo-Protestant sects, for our dear Greek Catholic Church, united to Rome, was illegal. Now we are asking the government to give us back our churches, but for political reasons they want us to come to an understanding with the Orthodox bishops who are Stalinist. Only the cathedrals of Lugoj and Blaj have been returned to us. In the other dioceses, the priests and the faithful celebrate the Mass in the public square. In some parishes, the faithful chased away the Orthodox pastor and came back to us, along with their churches. Three of our bishops died after leaving prison; others were consecrated in their place. Among the older ones, only two are still alive: Cardinal Todea and myself. When God wills, all will be restored.” –

Bishop Ploscaru died in 1998, and Cardinal Todea in May 2002. Today, 538 churches and chapels have still not been restored to the Catholic Church, nor 387 rectories, all of which belonged to the Catholic Church until 1948, no to mention 220 school buildings which were also confiscated by the communists for the benefit of the Romanian Orthodox (figures published by APIC, Catholic International Press Agency, 2/28/2003).

The original of this testimony, published in French, is kept by the director of RU press agency, of UNEC, BP 114, F-95120 St.-Gratien, phone [011]-33-1-34-12-02-68, unec@wanadoo.fr

https://fsspx.news/en/news-events/news/romania-somber-chapter-how-%E2%80%9Corthodoxy%E2%80%9D-has-persecuted-catholics-20703

 

Advertisements

Que l’on n’offense pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car Il est déjà trop offensé.

Que l’on n’offense pas davantage Dieu, Notre-Seigneur…..
Que l'on n'offense pas davantage Dieu, Notre-Seigneur…..

         Que l’on n’offense pas davantage Dieu, Notre-Seigneur, car Il est déjà trop offensé. C’est ainsi que Notre Dame terminait le cycle de ses apparitions à Fatima, avant de faire le grand miracle promis.

            En ce samedi Saint, après les méditations sur la passion du Christ,  voici une image de la cathédrale de Notre Dame de Paris telle que nous ne la verrons plus avant des années.

La cathédrale que nos ancêtres avaient construite pour louer, adorer  Dieu et lui offrir son Fils en sacrifice a été en partie détruite par le feu et n’est plus utilisable. C’est le cœur spirituel et matériel de la France qui est touché, puisque les distances des villes de France vers Paris se mesurent à partir du parvis de Notre Dame. Les fidèles qui venaient prier dans ce magnifique édifice n’ont  plus ce lieu pour adorer Notre Seigneur présent au Saint Sacrement. Cette Semaine Sainte restera gravée dans la mémoire de tous ; c’est l’année ou Notre Dame de Paris a brûlé, celle du centenaire du rappel à Dieu du petit voyant de Fatima, le consolateur de Dieu, Francisco Marto.

Matériellement, la fille aînée de l’Eglise vient de subir une grande épreuve avec l’incendie de la plus belle de ses cathédrales : A Fatima, à la demande des enfants, Notre Dame avait annoncé 3 mois à l’avance qu’Elle ferait un miracle pour que tous croient. (Que la Mère de Dieu se rendait présente pour donner au monde un message important). Elle nous donnait un moyen de salut supplémentaire, la dévotion à son Cœur Immaculé, et rappelait que Dieu dirigeait le monde, et l’avertissait à l’avance lorsqu’Il allait le punir de ses crimes au moyen de la guerre ou d’autres calamités naturelles ou surnaturelles. ‘’Mais si l’on ne cesse d’offenser Dieu……….en commencera une autre pire ’’

         Notre Dame est intervenue de nombreuses fois dans l’histoire de France, en montrant son intervention par des miracles. Mais dans sa cathédrale Notre Dame de Paris, au soir du 15 avril 2019, Elle n’a pas fait de miracle pour faire éteindre le début de l’incendie et les événements se sont déroulés suivant les lois naturelles. Par contre Elle a dû intervenir ensuite, et à la prière de tous ceux qui l’ont suppliée, autour de son édifice et dans le monde entier. Elle a sauvé ce qui à ses yeux était important. La structure de l’édifice et le maître autel avec la grande croix et la statue de Notre Dame. Cet autel autour duquel tant de nos souverains, qui avaient le royaume de France en ‘’commande’’, sont venus s’associer aux messes qui s’y célébraient et ou Notre Dame tenait une grande place. 

       Voyons comme un signe d’espérance, que le président Poutine ait proposé de mettre à disposition de la France les grands spécialistes de la reconstruction des églises détruites par les Bolchevick, dont la cathédrale de Moscou rasée en 1931. Lorsque la Russie sera convertie, cette cathédrale deviendra un haut lieu de la foi catholique en Russie, pays choisi particulièrement par Notre Dame à Fatima pour faire éclater la puissance de son Cœur Immaculé.            

            Toutes ces lois contre nature que la France s’est donnée depuis quelques années ne sont-elles pas des offenses à Dieu ? Sa patience a des limites ; mais l’exemple de la pénitence que firent les habitants de Ninive montre qu’Il est sensible à notre repentir. 

             Offrons à Dieu la peine et la tristesse que nous cause la disparition de plusieurs souvenirs de notre histoire en RÉPARATIONde tant d’offenses  à son égard et à celle de sa très Sainte Mère.  

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 6 / 6

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 6 / 6
Agonie de Jésus au jardin des oliviers  6 / 6

Suite et fin de la méditation du Padre Pio sur l’agonie de Jésus au jardin des oliviers. 

.

Mais voyez ! Jésus se lève de la poussière, fort, invincible. N’a-t-il pas désiré ‘’d’un grand désir ‘’ ce banquet de sang ? Il secoue son désarroi, il essuie la sueur sanglante de sa Face, il va d’un pas ferme vers l’entrée du Jardin.

Où vas-tu, Jésus ? N’étais-tu pas, il y a un instant, proie de l’angoisse et de la douleur ? Ne t’ai-je pas vu tremblant et comme écrasé sous le poids cruel des épreuves qui doivent s’abattre  sur toi ? Où vas-tu de ce pas intrépide et hardi ? A qui veux-tu te livrer ?

Ecoute, mon enfant : les armes de la prière m’ont aidé à vaincre, mon esprit a dompté la faiblesse de la nature. La force m’est venue dans la prière et maintenant, je puis faire face. Suis mon exemple et traite avec le ciel, comme moi je l’ai fait !

Jésus approche des apôtres. Ils dorment toujours ! L’émotion, l’heure tardive, le pressentiment de quelque chose d’horrible et d’irréparable, la fatigue les a fait sombrer dans un sommeil de plomb. Jésus a pitié de leur faiblesse. ” L’esprit est prompt, mais la chair est faible ! ”

Jésus s’écrie : “‘ Dormez maintenant et reposez-vous. ” Il s’arrête un instant. L’entendant venir, avec un grand effort, ils entrouvrent les yeux… Jésus reprend : ” C’est assez. Voici que l’heure est proche ! Le Fils de l’homme va être livré aux mains des pécheurs… Levez-vous, allons ! Celui qui me trahit est tout près ! ”

Jésus voit toutes choses de ses yeux divins. Il semble dire : Vous, mes amis et disciples, vous dormez, tandis que mes ennemis veillent et approchent pour m’arrêter ! Toi, Pierre, qui tantôt te croyais assez fort pour me suivre jusque dans la mort, voici que maintenant tu dors ! Depuis le commencement tu m’as donné  des preuves de ta faiblesse ! Mais sois tranquille. J’ai revêtu ta faiblesse et j’ai prié pour toi. Lorsque tu auras confessé ta faute, je serai ta force et tu paîtras mes agneaux…  Et toi, Jean, toi aussi tu dors ? Toi qui viens de sentir les battements de mon cœur, tu n’as pu veiller une heure avec moi ? Levez-vous, partons, plus de temps pour dormir ! L’ennemi est à la porte ! C’est l’heure de la puissance des ténèbres. Partons ! De plein gré, je m’en vais à la rencontre de la mort. Judas se hâte pour me trahir et je vais à sa rencontre ! Je n’empêcherai pas les prophéties de s’accomplir à la lettre ! Mon heure est venue : l’heure de l’infinie Miséricorde.

Des pas résonnent, des torches allumées remplissent le jardin d’ombre et de pourpre. Jésus avance, suivi de ses disciples, intrépide et calme.

– O mon Jésus, donne-moi ta force lorsque ma pauvre nature se révolte devant les maux qui la menacent, afin que je puisse accepter avec amour les peines et les détresses de cette vie d’exil. J’adhère de toutes mes forces à tes mérites, à tes peines, à ton-expiation, à tes larmes, afin que je puisse travailler avec toi à l’œuvre du salut et que j’aie la force de fuir le péché cause unique de ton agonie, de ta sueur sanglante et de ta mort

Détruis en moi tout ce qui te déplaît et imprime dans mon cœur, avec le feu de ton saint amour, toutes tes souffrances. Embrasse-moi si intimement, d’une étreinte si forte et si douce, que jamais je ne te laisse seul dans tes cruels tourments.

Je ne demande qu’un seul repos : sur ton Cœur.  Je ne désire qu’une seule chose : de participer à ta sainte Agonie. Puisse mon âme s’enivrer de ton sang et se nourrir du pain de ta douleur !

Amen.

.

.

« Tout est consommé. » (Jean 19, 30)

Les prophéties anciennes sont accomplies comme le montrent les précédentes paroles du Christ en croix qui renvoient aux Écritures. Mais aussi, et surtout, est accomplie la volonté du Père. Par le Christ, la création toute entière s’est vue montrer la voie de son Salut, et par la souffrance de la croix l’œuvre rédemptrice est achevée. Le Christ ayant accompli son œuvre peut paisiblement s’en remettre à la mort. Cette parole est une invitation à placer notre confiance en Lui : s’il affirme que tout est consommé au moment de sa passion, c’est que sa mort pour nous est véritablement la culminance de son œuvre rédemptrice et qu’après elle ne peut venir que la parousie où, après que tout ait été consommé, tout sera « soumis au Père ».

« Père, entre tes mains je remets mon esprit. » (Luc 23, 46)

             Parce que le Fils a fait son œuvre, il peut désormais s’en remettre au Père avec tout ce qu’il a pris sur Lui pour notre Salut. Le cardinal Journet insiste sur cet abandon volontaire, librement consenti, qui est celui seul que Dieu regarde en chaque homme. Pour Dieu ne compte que ce que nous avons fait librement, dans le bien comme dans le mal. Aussi, la fin de cette vie temporelle du Christ, qui ne recommencera plus jamais, marque le début de la vie de l’Église, par laquelle nous sommes tous unis en Lui. « Le Christ est mort, l’Église naît, le monde est sauvé. » Le Christ est mort, vive le Christ ! Mais non pas comme un simple succession, comme une constance : maintenant que tout est consommé, que nous avons vu le chemin la vérité et la vie qu’Il nous désigne jusque sur la croix, tout peut commencer pour le monde renouvelé dans le corps de l’Agneau, dans le sang et l’eau jaillissant de son côté.

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 5 / 6

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 5 / 6
Agonie de Jésus au jardin des oliviers 5 / 6
En ce Jeudi saint, suite de la méditation du Padre Pio sur l’agonie de Jésus au jardin des oliviers. 

.

Jésus retourne au lieu de sa prière, épuisé et dans une extrême affliction. Il tombe plutôt qu’Il ne se prosterne. Il se sent comme broyé par une mortelle angoisse et sa prière se fait encore plus intense.

Le Père détourne son regard comme s’Il était le plus abject des hommes.

Il me semble entendre les plaintes du Sauveur : ‘’Si l’homme du moins pour qui je suis dans la peine, voulait profiter des grâces que je lui obtiens par mes si grandes souffrances ! Si du moins il reconnaissait à sa juste valeur le prix que je paie pour le racheter et pour lui donner la vie de fils de Dieu ! Ah, cet amour me déchire le cœur bien plus cruellement que les bourreaux  ne déchireront tout à l’heure ma chair…”

Il voit l’homme qui ne sait pas, parce qu’il ne veut pas savoir; qui blasphème le Sang Divin et ce qui est bien plus irréparable, le  tourne à sa damnation. Combien peu en profiteront, combien d’autres courront vers leur perte !

Dans la grande détresse de son Cœur, il continue à répéter : ‘’Quae utilitas in sanguine meo ? Combien peu profitent-ils de mon Sang ! ‘’

Mais la pensée de ce petit nombre  suffit à lui faire affronter la passion et la mort.

Plus rien ni personne chez qui il puisse  aller chercher une  goutte de réconfort. Le ciel lui est fermé. L’homme, quoi qu’écrasé par le poids des péchés, est ingrat et ignore son amour. Il se sent submergé de douleur et crie dans les affres de l’agonie : ” Mon âme est triste jusqu’à la mort ! ”

Sang divin, tu jaillis irrésistiblement du Cœur de Jésus, tu coules de tous ses pores pour laver cette pauvre  terre ingrate. Permets-moi de te recueillir, Sang très précieux, surtout ces premières gouttelettes. Je veux te garder dans le calice de mon cœur. Tu es une preuve irréfutable  de cet Amour qui, seul, t’a fait couler. Je veux me purifier en toi, ô sang très précieux ! Je veux purifier toutes les âmes souillées par le péché. Je veux t’offrir au Père.

C’est le Sang de son Fils Bien-Aimé qui est venu sur cette terre pour la purifier. C’est le Sang de son Fils qui remonte vers son trône pour réconcilier sa Justice outragée. La satisfaction est en vérité surabondante !

Mais alors, Jésus est-il au bout de ses souffrances ?

Eh non, il ne veut pas endiguer les torrents de son amour ! Il faut que l’homme sache combien lui, l’Homme-Dieu, l’aime. Il faut que l’homme sache jusqu’à quels abîmes d’abjection peut réduire un si extrême amour. Même si la Justice du Père est satisfaite par cette sueur du Sang très Précieux, l’homme a besoin de preuves palpables de cet Amour.

Jésus ira donc jusqu’au bout : jusqu’à la mort, ignominieuse, sur la Croix.

Le contemplatif saisira peut-être une ombre de cet amour qui le réduit aux affres de la sainte agonie du Jardin des Oliviers. Mais celui qui vit empêtré dans les affaires matérielles et qui cherche le monde plus qu’il ne cherche le ciel, doit le voir aussi extérieurement, cloué à la Croix, pour que du moins la vue de son Sang et de sa cruelle Agonie le touche.

Non, son Cœur rempli d’amour n’a pas assez ! Se reprenant, il prie de nouveau : ” Père, si ce calice ne peut passer sans que je le boive, que ta volonté soit faite ! ”

A partir de cet instant Jésus répond, du fond de son Cœur consumé d’amour au cri de l’humanité qui réclame sa mort comme prix de Rédemption. A la sentence de mort que son Père prononce au ciel, la terre répond en réclamant sa mort ! Jésus incline sa tête adorable : ” Père, si ce calice ne peut passer sans que je le boive, que ta volonté et non pas la mienne soit faite. ”

Et voici que le Père lui envoie un ange consolateur. Quel réconfort un ange peut-il offrir au Dieu Fort, au Dieu Invincible  au Dieu Tout-Puissant ? Mais ce Dieu a voulu devenir passible. Il a pris sur lui toute notre faiblesse. C’est l’Homme des douleurs, aux prises avec l’Agonie. C’est son amour qui le fait suer des gouttes de sang.

Il prie son Père pour lui-même et pour nous. Son Père refuse de l’exaucer, car il doit mourir pour nous. Je pense que l’Ange se prosterne profondément devant la Beauté éternelle, ternie de poussière et de sang, et qu’avec un respect indicible il supplie Jésus de boire le calice à la gloire du Père et pour le rachat des pécheurs.

            Il a prié ainsi, afin de nous apprendre de recourir au ciel seul lorsque nos âmes sont désolées comme la sienne.

            Lui, notre Force, viendra à notre aide, puisqu’il a consenti à assumer toutes nos détresses.

            Oui, mon Jésus, il faut maintenant que tu boives le calice jusqu’à la lie ! Te voici voué à la plus cruelle mort.

            Jésus, que rien ne me sépare de toi : ni vie, ni mort ! Si j’adhère à tes souffrances tout au long de ma vie, avec infiniment d’amour, il me sera donné de mourir avec toi au Calvaire et de monter avec toi dans la Gloire. Si je te suis dans les tourments et dans les persécutions, tu me rendras digne de t’aimer un jour dans le face à face du ciel et de chanter éternellement tes louanges en action de grâce pour ta cruelle Passion.

.

.

« J’ai soif. » (Jean 19, 28)

            C’est ainsi que s’exprime le désir de Dieu de nous voir venir jusqu’à Lui. Sur sa croix, il n’y a qu’un homme pour venir au Christ et lui donner à boire : c’est à nous d’aller vers ce crucifié qui souffre pour nous et semblable à nous, de nous approcher de Lui qui est notre rédemption, et de participer amoureusement avec Lui à cette rédemption. Il veut nous unir à Lui, car « Jésus a eu soif de la gloire de Dieu et du salut du monde. Il aime tant ceux qui connaissent une pareille soif. Il leur promet des sources vives. » Jésus a soif pour nous, pour nous faire venir à Lui et il a soif comme nous, comme nous devons avoir soif de la gloire de Dieu et du salut du monde qui sont notre avenir. Un avenir dont nous savons désormais qu’il commence ici et maintenant, à chaque instant, à chaque infime parcelle de temps qui passe et où nos cœurs d’hommes décident de se tourner ou non vers Lui.

.

.

      Demain, vendredi Saint, si nous le pouvons, pensons à nous organiser, s’il est possible, non seulement dans la journée, pour suivre un chemin de croix, et assister à l’office de ce jour, mais le lendemain matin à assister à l’office appelé ”office des ténèbres”. Cet office est assez long, de l’ordre de 2 heures, et on éteint après chaque psaume les bougies disposées sur l’autel. Vers la fin on éteint peu à peu l’éclairage de l’église, puis on cache la dernière bougie derrière l’autel pour figurer la mise au tombeau du Christ. Le dernier symbole est donné par la résurrection du Christ ou le tremblement de terre qui l’accompagna est figuré par la frappe des mains des fidèles sur leur missels.

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 4 / 6

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 4 / 6
Agonie de Jésus au jardin des oliviers  4 / 6

Suite de la méditation du Padre Pio sur l’agonie de Jésus au jardin des oliviers.  

        Ayant tout pris sur lui, sans aucune exception, il est écrasé par le monstrueux fardeau et gémit sous le poids de la Justice divine, face à son Père qui a permis à Lui, son Fils, de s’offrir comme victime pour les péchés du monde et devenir comme  ” un maudit “.

            Sa pureté frémit devant ce poids infâme, mais Il voit en même temps la justice outragée, le pécheur condamné… Deux forces, deux amours s’affrontent dans son cœur. C’est la justice outragée qui l’emporte. Mais quel spectacle, infiniment lamentable ! Cet Homme, chargé de toutes nos souillures, Lui, Sainteté essentielle, même extérieurement assimilé aux criminels… Il tremble comme une feuille.

            Pour taire face à cette terrible agonie, Il s’abîme dans la prière. Prosterné devant la Majesté du Père, Il dit : ” Père, éloigne de moi ce calice ! ” C’est comme s’Il disait : ” Père, je veux ta gloire ! Je veux l’accomplissement de ta Justice. Je veux la réconciliation du genre humain. Mais non pas à ce prix ! Que moi, sainteté essentielle, je sois ainsi éclaboussé par le péché, oh ! Non… pas cela ! O Père à qui tout est possible, éloigne de moi ce calice et trouve un autre moyen de salut dans les trésors insondables de ta Sagesse. Mais si tu ne le veux pas, que Ta volonté et non pas la mienne se fasse ! »

            Cette fois encore, la prière du Sauveur demeure sans effet. Il se sent dans les angoisses de la mort. Péniblement  Il se redresse en quête de réconfort. Il sent ses forces qui déclinent. En trébuchant  Il se traîne vers ses disciples. Une fois de plus, Il les trouve endormis. Sa tristesse devient plus profonde. Il se contente simplement de les réveiller. Furent-ils confus ? Jésus ne dit plus rien. Je le vois seulement indiciblement triste. Il garde pour lui toute l’amertume de cet abandon !

            – Mon Jésus, combien grande est la peine que je lis dans Ton cœur, débordant de détresse. Je vois comme Tu te retires de tes disciples, frappé en plein cœur ! Puissé-je Te donner quelque réconfort, Te soulager un peu… Mais ne sachant rien d’autre je pleure près de Toi. Les larmes de mon amour et de ma componction s’unissent à Tes larmes. Ainsi elles s’élèvent jusqu’au trône du Père pour le supplier d’avoir pitié de Toi et de tant d’âmes plongées dans le sommeil du péché et de la mort.

.« Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Marc 15, 34)

           Cette parole scandalise, en ce qu’elle donne un argument aux incrédules. Sur la croix soufferte pour le rachat des hommes, Dieu fait homme laisse échapper ce cri de désespoir. Pourquoi ? Car pour le rachat de l’homme, il accepte de souffrir cet « écartèlement » spirituel entre la vision pure de Dieu et la souffrance de la condition humaine dégradée par le péché, révoltée contre Dieu. Par ces mots, le Christ reprend aussi le commencement du Psaume 21 (22), qui n’est pas un chant de désespoir mais d’espérance messianique véritable. Et le cardinal Journet de nous inviter à prier : « Faites qu’en redisant dans mon cœur les paroles que l’excès de votre souffrance pour les hommes vous a arrachées, je sente mon angoisse se dissoudre dans la vôtre, comme une larme dans l’océan. »

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 3 / 6

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 3 / 6

Agonie de Jésus au jardin des oliviers  3 / 6

Suite de la méditation du Padre Pio sur l’agonie de Jésus au jardin des oliviers. 

.Notre Seigneur vient pour la première fois chercher du réconfort auprès de Pierre Jacques et Jean. 

.Il les trouve plongés dans le sommeil. Comme tout d’un coup il se sent seul et délaissé ! ” Simon, dors-tu ? ” dit-il doucement à Pierre. Toi qui viens de me dire que tu me suivrais jusqu’à la mort ?

Il se tourne vers les autres : ” Ne pouviez-vous donc veiller une heure avec moi ? ” Une fois de plus il oublie ses souffrances, ne pense qu’à eux : ” Veillez et priez pour ne pas tomber dans la tentation ! ”

Il semble dire : ” Si vous m’avez si vite oublié, moi qui lutte et souffre, du moins dans votre propre intérêt veillez et priez ! ‘’

Mais eux, ivres de sommeil, l’entendent à peine.

– O mon Jésus, combien d’âmes généreuses, touchées par tes plaintes, te tiennent compagnie au jardin des Oliviers, partageant ton amertume et ta mortelle angoisse ! Combien de cœurs à travers les siècles ont généreusement répondu à ton appel ! Puissent-ils te consoler et, partageant ta détresse, puisse-t-ils coopérer à l’œuvre du salut ! Puissé-je moi-même être de leur nombre et te soulager tant soit peu, ô mon Jésus !

Jésus retourne à la place de sa prière et un autre tableau, bien plus terrible, se présente à ses yeux. Tous nos péchés dans leurs moindres détails défilent devant lui. Il voit l’extrême vulgarité de ceux qui les commentent. Il sait à quel point ils outragent la divine  Majesté. Il voit toutes les infamies, toutes les obscénités, tous les blasphèmes qui souillent les cœurs et les lèvres créés pour chanter la gloire de Dieu. Il voit les sacrilèges qui déshonorent prêtres et fidèles. Il voit l’abus monstrueux des sacrements qu’Il a institués pour notre salut et qui peuvent devenir cause de notre damnation,

Il doit revêtir toute cette boue fétide de l’humaine corruption. Il doit se présenter ainsi devant la sainteté de son Père. Il doit expier chaque péché à part et rendre au Père toute sa gloire volée. Pour sauver le pécheur, Il doit descendre dans ce cloaque.

Même cela ne l’arrête pas. Comme une houle monstrueuse cette boue l’environne, le submerge, l’oppresse. Le voici face au Père, Dieu de Justice. Lui, Saint des Saints, ployant sous les péchés, devenu  pareil aux pécheurs. Qui sondera son horreur et son extrême répugnance ? Ce hoquet de dégoût, cette affreuse nausée ?

«Femme, voici ton fils, puis il dit au disciple : voici ta mère » (Jean 19, 27)

Si nous sommes tous unis dans le Christ, alors nous sommes tous enfants de Marie. Mais plus encore, nous lui sommes explicitement confiés par Celui qu’elle a physiquement enfanté. Tous ceux qui souffrent dans le Christ ont, debout, digne et pleine de compassion au pied de leur croix, cette Mère corédemptrice. Dieu confie ainsi l’humanité à celle qui, toute humaine, est néanmoins la plus proche, la plus intimement liée au Christ Dieu fait homme. Le cardinal Journet insiste sur la signification d’une telle désignation : Marie est aussi celle qui à Cana, a par ses mots fait que Jésus débute sa vie publique en accomplissant son premier miracle. Elle est donc l’intercession la plus directe, la plus efficace et la plus aimante que nous puissions solliciter.

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 2 / 6

https://hozana.org/publication/46890-agonie-de-jesus-au-jardin-des-oliviers-2-6?utm_source=user&utm_medium=email_Hozana&utm_campaign=nouvelle_CP_6530

Agonie de Jésus au jardin des oliviers 2 / 6
Agonie de Jésus au jardin des oliviers 2  /  6

Suite de la méditation du Padre Pio sur l’agonie de Jésus au jardin des oliviers. 

.Première heure, seconde partie : Jésus voit à l’avance le comportement de son peuple et ses souffrances. 

.         Il se voit traîné dans les rues de Jérusalem où, il y a quelques jours à peine, on l’acclamait comme Messie. Il se voit souffleté  devant le Grand  Prêtre. Il  entend crier : ‘’ A mort ! ‘’ Lui, auteur de la vie, est  traîné comme une loque d’un tribunal à l’autre.

Le peuple, son peuple, le tant aimé, le tant comblé, le hue, le bafoue, réclame à grands cris sa mort, et quelle mort ! La mort sur la croix. Il entend leurs fausses accusations. Il se voit flagellé, couronné d’épines, tourné en dérision, salué comme faux roi.

Il se voit condamné à la croix, montant au Calvaire, succombant sous le poids, chancelant, écroulé…

Le voici arrivé au Calvaire, dépouillé de ses vêtements, étendu sur la croix, impitoyablement cloué, élevé face au ciel et à la terre. Il pend sur les clous tout pantelant, en d’indicibles tortures… Mon Dieu ! Quelle longue agonie de trois heures le fera succomber au milieu des hués de la racaille, ivre de colère !

Il voit sa gorge et ses entrailles, dévorées d’une soif ardente et, pour l’étancher, ce vinaigre et ce fiel.

Il voit son Père qui le délaisse et sa Mère, accablée de douleur.

Pour finir, cette mort ignominieuse au milieu de deux larrons. Si l’un le confesse et peut être sauvé, l’autre blasphème et meurt réprouvé.

Il voit Longin qui approche pour transpercer son cœur.

La voici consommée, l’extrême humiliation du corps et de l’âme qui se séparent…

Tout cela, scène par scène, passe devant ses yeux, l’épouvante et l’accable.

Reculera-t-il ?

Dès le premier instant, il a tout embrassé, tout accepté. Pourquoi donc cette extrême terreur ? C’est qu’il a exposé sa sainte humanité, comme un bouclier qui capte les coups de la Justice, outragée par le péché.

Il sent vivement dans son esprit esseulé tout ce qu’il doit souffrir. Pour tel péché, telle peine… Il est broyé parce que, lui-même, il s’est livré en proie à l’épouvante, à la faiblesse, à l’angoisse.

Il semble toucher au comble de la douleur, Il est prosterné  face à terre, devant la majesté de son Père. La sainte Face de l’Homme-Dieu qui jouit de la vision béatifique gît là, dans la poussière, méconnaissable, Mon Jésus ! N’es-tu pas Dieu ? Maître du ciel et de la terre ? Égal au père ? Pourquoi t’abaisser jusqu’à perdre tout aspect humain ?

Ah ! Oui… Je comprends ! Tu veux m’apprendre, à moi, l’orgueilleux, que pour frayer avec le ciel je dois m’abîmer jusqu’au fond de la terre. C’est pour expier mon arrogance que tu t’écroules. C’est pour réconcilier le ciel avec la terre que tu t’abaisses jusqu’à la terre comme si tu voulais lui donner  le baiser de la paix…

Jésus se redresse, tourne vers le ciel un regard suppliant, lève les bras et prie. Quelle pâleur mortelle couvre son visage ! Il implore son Père qui se détourne de lui. Il prie avec une confiance filiale, mais il sait bien la place qu’il tient. Il se sait victime pour toute la race humaine, exposée au courroux de Dieu outragéIl sait que lui seul peut satisfaire à la Justice infinie et réconcilier le Créateur avec sa créature.Il le veut, il le réclame. Mais sa nature est littéralement broyée. Elle s’insurge contre un tel sacrifice. Cependant son esprit est prêt à l’immolation et le dur combat continue.

Jésus, comment pouvons-nous te demander d’être forts, lorsque nous te voyons si faible et si accablé ?

Oui, je comprends ! Tu as pris sur toi toute notre faiblesse. Pour nous donner ta force, tu es devenu notre bouc émissaire. Tu veux nous apprendre qu’en toi seul nous devons mettre toute notre confiance, même si le ciel nous paraît d’airain.

Dans son Agonie, Jésus crie vers son Père : ” Si c’est possible, éloigne de moi ce calice. ” C’est le cri de la nature qui, terrassée, avec confiance recourt au ciel. Bien qu’il sache qu’il ne sera pas exaucé, puisqu’il veut qu’il en soit ainsi, cependant il prie. Mon Jésus, pourquoi demandes-tu ce que tu sais que tu n’obtiendras pas ?

Quel vertigineux mystère ! La peine qui t’afflige te fait mendier aide et réconfort, mais ton amour Pour nous et ton désir de nous rendre à Dieu te fait dire : ” Non pas ma volonté, mais la tienne !…’’

            Son Cœur désolé a soif de réconfort. Doucement Il se lève fait quelques pas en chancelant. Il s’approche de ses disciples : eux du moins, ses amis, ses confidents, comprendront, partagerons sa peine…

.« Amen, je te le dis : Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. » (Luc 23, 43)

             Heureux corollaire à l’atrocité du péché de l’homme est sa capacité à aimer Dieu ici et maintenant, dans le temps présent. C’est à Léon Bloy que le cardinal emprunte, évoquant La femme pauvre pour nous dire que celui qui, ici et maintenant, accompagne le Christ dans sa souffrance et se laisse accompagner par Lui dans sa souffrance, entre d’ores et déjà dans le paradis. Le cardinal Journet nous renseigne avec une clarté remarquable sur cette idée, souvent incomprise, que nos souffrances sont une avancée vers le Ciel, en ce qu’il existe une souffrance d’une pureté bénéfique, qui est celle qui naît de la conscience de l’Amour de Dieu qui manque au monde. Avec Catherine de Sienne, il évoque également les larmes de feu que sont « celles que pleure en nous l’Esprit saint pour le salut du monde. » Celui qui souffre du manque de Dieu est déjà avec Lui.